"Factory", une bande à part...

• PROJETS AVEC LES SCOLAIRES

• PROJETS AVEC ENSEMBLES SYMPHONIQUES

• AU THÉÂTRE

• UNE ÉPOPÉE ROCK FACTORY

• LES LIVRES

Portrait
Autour des rencontres

"FACTORY", né à Givors, septembre 1975, nourri, élevé sur sa terre. Au commencement la bande fameuse tourne autour de "Puce" à la guitare, Denis Fusi à la guitare aussi et de Matrat au micro. Kiri Rothacher tient la basse, Baps tempête à la batterie. Jean-Claude Pietrocola tient les rennes du management. Durant quelques mois, Yves Rothacher joue lui encore de la batterie. Quelle époque ! Un groupe à deux batteurs ! Beau, beau, infernal à la fois. Dès son premier enregistrement, le groupe trouve son assise avec la venue de Fourmi à la basse. C'est la classe ! Mais 1979 salue les départs de Baps et de Fusi, remplacés par Rothache et Giovanni Usaï. Vito Libutti, fut tout au long des années Facto le plus fidèle et le plus compétent des roadies qu'un groupe de rock'n roll puisse trouver. Le grand beau temps ? Pas du tout ! Yves Rothacher fait bande à part. Sir Farid Mezazigh tient dès lors pour longtemps (c'est juré !) les baguettes du tambour. A la fin de 1982, l'adieu de Fourmi détraque cruellement la grande bandade givordine. Gwen tâche d'assurer la basse, Mezazigh se presse derrière la batterie, Giovanni disparaît comme Albertine un beau matin dans la nature, tandis qu'un drôle d'oiseau, Ramon Yuste, déploie ses percussions. Le bandillage tente une recomposition avec Martins à la batterie, Coquard en basse, Moulin sur clavier, Pierrel es guitare. Le bandonéon s'étire et s'essouffle. Martins jette l'éponge et Pernet vient de Grenoble tendre les peaux de sa partenaire. Début 88 c'est la grande débandade. Le final. Factory demeurera de toute façon une bande à part. Pas moyen d'être toléré chez les pince-bizness parisiens. Ceux-là n'admettent pas un groupe qui garde intacte sa sincérité. • Yves Matrat