• PROJETS AVEC LES SCOLAIRES

• PROJETS AVEC ENSEMBLES SYMPHONIQUES

• AU THÉÂTRE

• UNE ÉPOPÉE ROCK FACTORY

• LES LIVRES

Les Écrits de la voix
Factory, Rock à part

Étrangement jeune et belle
On l’a toujours connue ainsi
Vivant parmi les rebelles
Des aventures des magies Elle sait lire dans les pensées
Jouissances inavouées
Tes questions restées sans réponse
Un amour à qui tu renonces

Qui de nous saurait aimer
Bouche Dorée
Qui de nous saurait séduire
La magicienne

Quand elle descend dans les salons
Tout l’univers semble figé
A son cigare qui fait des ronds
A ses yeux des scarabées

Qui de nous saurait aimer
Bouche Dorée
Qui de vous saurait fléchir
Son regard insoumis

Bahia Itapoa
Pension de Java
Ce monde n’est pas si grand
Existe-t-il vraiment ?

J’aime poser des oreillers sur la mer, j’aime traverser le désert de plumes, courir le vent des solfèges, faire l’acrobate. J’aime la mer sous la plante des pieds, le sommeil qui tombe, un disque en fugue, le soleil en pochette, j’aime le sel dans les yeux... Dis-moi que la peur n’existe pas ? J’aime l’emboîtement de l’instant dans l’instant, la porte du métro qui claque dans mon dos, une brique par terre échappée de son mur, j’aime la vague humaine qui monte l’escalier : un mec ultra, précipité, le vendéen qui coule du couloir, les transalpins du composteur. Dis-moi : la peur n’existe pas ? J’aime le petit cul, le roulis de la hanche, la tombée de la veste à ras le pli qu’il faut, j’aime les yeux à l’arrière de la tête, la nana ralentit, j’aime si j’accélère. Merde ! Ca tourne. Plus vite que mon pas. Je renverse du coude une vieillesse. Il y a des tas d’humains venus de six milliards d’extrémités du Labyrinthe, j’en vois un particulièrement égal à tous les autres, il met les cadenas sur les Escalators avec sa mâchoire. Cours au plus court ! Il fait sourd sur les Escalators.
Au commencement
était le verbe...
Bouche dorée (à l’égérie de Corto Maltese)
Océane urbaine (passage)

LES ÉCRITS DE LA VOIX