Deux soirées bondées, six heures d'une rétrospective ample et généreuse,
les prestations du chanteur Yves Matrat à Viricelles
nous rassurent sur l'ancien leader fondateur du groupe "Factory".
Matrat existe bien sur une scè
ne où il est trop rare.
Qui l'a vu sait qu'il est un des géants.

Yves Matrat est un insatiable gourmand. De tout sans doute ; de la scène, c'est sûr. Qui ne lui est pas souvent offerte, et c'est regrettable. Là, il y donne certes le meilleur de lui ! Et c'est vraiment tout lui ça.
Le chanteur de "Jette un sort" et de "Petit Pablo" devait faire, à l'invitation de l'association Vibrevan'z, une simple soirée à Viricelles. Il en a donné deuix, à guichets fermés. Deux soirées, six heures de scène et tout Matrat, ou peu s'en faut. "Ipso facto" avec "Factory", dont il fut le charismatique leader, en s'adjoignant pour l'occasion le guitariste "Puce" Saïbi, un de ses fidèles compagnons des années rock et le pianiste Stéphane Vettraino, relayés le lendemain par Stanislas Pierrel et Rémy Goutin.
Même orphelins de ce groupe mythique, les textes de Matrat gardent une puissance d'évocation incroyable tant il est vrai que les textes tiennent particulièrement la route. Légende et inventaire aussi par son œuvre solo, ses compos récentes, ses chansons latinos, par Brel et Ferré côtoyés. Ce fut, sinon l'intégrale, au moins la large anthologie d'un artiste de tous points prodigieux.
Matrat est un nègre blanc qui converse en chantant. Il trimbale son âme nomade sur une scène qu'il habite pleinement, qu'il meuble de son chant inspiré et majestueux, qu'il agite de ses amples gestes. C'est un corps qui vibre, une voix scandée, ivre de passion, dans une tonalité forte, pleinement maîtrisée. C'est à lui seul une chanson vivante, inventive, passionnante, prospective, sauvage et libre. Comme un indomptable fauve. Qui matera Matrat n'est pas encore né. Pour en avoir payé le prix, le chanteur au visage buriné est devenu l'expression même d'une liberté en tous points enivrante. Donnez-lui une scène dans la métropole ligérienne : Matrat y mettra le feu !

Michel Kemper - La Tribune le 6 mars 2002

YVES MATRAT
• D'argile et de sang
• Le rocker de Givors
Matrat tient Chorus en haleine !
• Yves Matrat,
auteur, compositeur, interprète

• Michel Kemper (La Tribune)
• Jean-Pierre Maillet écrit sur son blog suite à sa présence lors du concert à Givors (04.2014).

Oratorio :
• "Vous êtes tous des Dieux !"
• Stéphane Vettraino, compositeur
• Le projet
• Thierry Messirel (Le Progrès)
• Michel Durand (Revue Confluence)

• "Bansbannières au Palais"

• "L'école des fables"
J.L. (Le progrès)

FACTORY
• Factory : Jean-Patrick Manchette)

Factory : "Cache ta joie"
• J.-J. Jacques Lerand
• Jacques Lombard (Libération
• Enregistrement de "Cache ta joie"
(Public)